Quand les Fiorio habitaient encore Taninges — entre 1926 et 1939 — le grand plaisir de Serge, pour le 1er avril, était de confectionner un très long poisson en papier qu'il épinglait lui-même avec soin au dos de sa veste avant de la revêtir pour aller ensuite, comme si de rien était, déambuler nonchalamment dans les rues du village à la rencontre des enfants qui — bien naïvement à l'époque ! — mordaient alors volontiers à l'hameçon : Oh Serge ! comment ça va ? tu te balades ? et où tu vas comme ça ?  Et ils en profitaient, chacun, pour lui donner une bonne tape familière dans le dos qui n'était, bien sûr, que prétexte et moyen de lui coller d'autres poissons de leur invention sur ou à côté du sien.

Tout cela mettait chaque année les nerfs de la mère Fiorio en pelotes ; celle-ci trouvant que son fils, vu son âge, poussait le bouchon un peu trop loin en se donnant ainsi publiquement en spectacle ; cela, à ses yeux, ridiculant un petit peu, par ricochet, la famille : Bon Dieu ! quel idiot il fait ! s'exclamait-elle immanquablement, croyant peut-être même ne pas si bien dire car, pour faire l'idiot, Serge ne manquait pas non plus de talent !

Il se retrouvait suivi et escorté sur-le-champ par une véritable escouade puis, assez vite, par un essaim d'enfants qui tous riaient sous cape de croire qu'il ne s'apercevait vraiment de rien. Finalement ce Serge-mascotte reprenait le chemin de la rue des Arcades et rentrait au bercail pour enfin y éclater librement de rire en quittant alors sa veste qui, à son grand bonheur, était aussi recouverte de poissons que l'âne fameux de la fable est, lui, couvert de reliques.

Deux ou trois jours après le poisson d'avril, il arrivait que l'idée lui vienne, pour le prolonger, d'une petite revanche bien à sa façon : Les enfants, vous ne connaissez pas la nouvelle ? Eh bien, je viens d'apprendre à l'instant qu'un camion entier de biscuits vient de se renverser dans un des virages en descendant du col de Châtillon ! il y en a un peu partout partout répandus sur la route !

Et une armée de gourmands se levait aussitôt pour courrir tous ensemble en direction du lieu de l'accident !