Scan0007

Le rêve du vigneron est né de la commande d'un courtier en vin inspiré qui, en ayant rêvé, en passa tout de go la commande à Serge qu'il connaissait depuis le temps de son adolescence. Le montant de la toile fut réglé en liquide adéquat...Gigondas, Châteauneuf et autres !

Quoi qu'il en soit, le sujet parlait à Serge qui aimait tailler, vendanger, faire son vin et le boire ; la toile elle-même en témoigne par cette scène onirique sur mesure, campée sous un ciel délicatement rosé à l'horizon, tout pavoisé de nuages blancs, tous en formes de feuilles de vigne dont les deux de droite rappelent en doublon discret, sans insister — parce qu'inconsciemment sans doute — la silhouette de la Colombe de la Paix.

Le tablier bleu de travail posé sur l'un des tonneaux de sa cave à laquelle, à cette heure, il peut maintenant se permettre de tourner le dos, le petit vigneron solitaire, chaussé de sabots en forme de barques, se repose — un instant peut-être — et laisse, de concert avec celui du peintre, son esprit vagabonder. Il voit des images naître sous ses paupières closes, s'animer, prendre des formes de rêve qu'il voudrait bien voir devenir réalité : celle où il est à la tête d'un fabuleux domaine viticole en bonne et due forme — avec château à la clé, en bijou au bout d'une allée — dont la précieuse récolte coule en nectar violet, emplissant un foudre de l'on ne sait combien d'hectos !

(On le voit, rien du Bacchus endormi des uns et des autres).

Mieux que ça, tellement la récolte est bonne sous ces latitudes, de petits bateaux aux voiles grecques vont et viennent — quand l'un part, l'autre arrive, forcément ! — transportant les hectolitres peut-être jusqu'à l'autre bout du monde, qui sait, pourquoi pas jusqu'aux Amériques, sur une mer d'huile !

Pas étonnant : paradisiaques, les "rêves d'abondance dans un monde en paix" ont toujours été les préférés de Serge.

En contrepoint, la cheminée fume tout en volutes blanches, signe d'un modeste mais pur bonheur domestique, accompagné dans les parages du vol d'un grand oiseau inventé, ailes ouvertes en plein, lui aussi de bonne augure ; tout cela au grand jour, sur l'écran intérieur.

Un peu ivre, peut-être, de ce beau prétexte biblique, l'âme du peintre miroite ici sous les auspices du vin.