Un peintre ? un philosophe ? un mystique ? Les trois en un, semble-t-il : " La mort fait partie de la vie ! " fut son mot de la fin dans une interview faite chez lui par une radio locale.

Après une telle profession de foi, il est clair que dans son esprit la vie avait, sans aucun doute, une tout autre dimension que celle qui la fait prosaïquement commencer à la naissance et se terminer bêtement au décès. 

On peut percevoir aussi cette déclaration comme étant, à travers le temps, la légende, par son auteur lui-même donc, de La Mort du Camarade — son chef-d'œuvre de composition — qui est tout autre chose, bien entendu, que la peinture d'un simple décès ; plutôt, à sa façon, une Dormition ou, aussi bien, une Vierge de pitié où le profane se trouve — comme souvent, en fait — n'être qu'un masque du sacré. La Mort du Camarade pouvant être lue selon les "quatre sens", à divers degrés ; il aurait fallu, idéalement pour cela, que Mircea Eliade la connaisse et nous en parle ; quel régal !

Je n'ai pas, hélas, de photo de cette œuvre à portée de la main, mais les plus curieux  se rendront facilement dans l'article où Gérard Allibert l'a tout récemment reproduite.

En voici le lien : http://www.galerie-alain-paire.com/index.php?option=com_content&view=